Google et Facebook peuvent-ils disparaitre d’ici 5 ans ?

2 Nov

La croissance fulgurante des smartphones et des tablettes ainsi que le déploiement massif des applications mobiles ont conduit Eric Jackson, économiste américain et blogueur chez Forbes, à annoncer le déclin des grandes compagnies du web.

Sans les 2 acteurs principaux que sont aujourd’hui Google et Facebook, Il semble compliqué d’imaginer le web, voire même l’Internet dans sa globalité. Toutefois, se pourrait-il alors que ces deux « mastodontes » du web viennent à s’effondrer dans un avenir proche ?

Eric Jackson, dans son article paru sur le site de Forbes, est le fervent défenseur de la thèse suivante: leur disparition serait prévue entre 2017 et 2020. Ni Google, ni Facebook ne souffriront de faillites, soutient l’économiste, mais s’effaceront progressivement du paysage du web, comme ce fut le cas pour MySpace quelques années auparavant.

Jackson base sa théorie sur les différentes « générations de l’Internet ». Il affirme que le web s’est divisé en trois grandes générations ces 20 dernières années. D’après lui, chaque nouvelle génération chasse la précédente, incapable de s’adapter aux nouvelles attentes des internautes.

« Le web est mort » … De nouveau?

Il y eut au tout début entre 1994 et 2001, le web 1.0 qui rassemblait les entreprises comme Netscape, Yahoo!, AOL, Google, Amazon, eBay. Ces services agrégeaient alors les informations du web sous la forme de portails.

Est apparu ensuite le fameux web 2.0 et sa dimension sociale. Entre 2002 et 2009 sont nés Facebook, LinkedIn, Groupon, MySpace qui regroupaient les internautes selon leurs centres d’intérêts ou leur catégorie socio-professionnelle.

Depuis 2010, Jackson évoque la génération mobile. Les internautes se sont doucement transformés en mobinautes, tellement et si bien qu’aujourd’hui le temps passé sur les applications dépasse celui passé sur le web.

L’idéologie d’Eric Jackson est que les acteurs de chaque génération ne survivent pas aux grands changements qui s’effectuent dans les usages du web et de l’Internet. Il choisit comme exemple « la ville fantôme » qu’est Google + en comparaison de Facebook, ou encore, les difficultés ressenties par Facebook sur ses applications iPhone, iPad : « Facebook ne sait absolument pas comment générer de l’argent sur les mobiles. »

L’abandon du web pour les applications entraînera selon lui inéluctablement la mort du web. Une prévision déjà annoncée par Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired.com, en 2010.

Son article avait, à l’époque, fait grand bruit sur la toile. Anderson affirmait sans sourciller que le web comme on le connaissait courait à sa perte à cause du développement des services auxiliaires comme la VOD ou les applis mobiles.

L’essor du HTML 5 amènera-t-il la fin des applis ?

On remarque cependant que les usages liés aux applications mobiles sont différents de ceux du web. Ainsi, il s’agit à 49% de jeux et de 30% de réseaux sociaux (sans aucun doute majoritairement Facebook donc). Présumer la fin du web par des applications qui ne visent pas forcément le même marché semble assez inapproprié, vous ne trouvez pas?

De plus, l’essor du HTML 5, notamment via le responsive web design, va certainement couper court à la ruée vers les applis que l’on a pu constater ces dernières années. Il est en effet plus approprié la plupart du temps de développer des versions mobiles de son site web, plutôt que de développer ex nihilo une application à décliner pour tous les OS mobiles et tous les modèles de smartphones / tablettes du marché.

Enfin, la tendance est plutôt au développement de web app en HTML 5 plutôt qu’à des applications natives, tant pour les jeux que pour le streaming audio/vidéo. Il parait donc peu envisageable qu’il soit question de secteurs totalement dépassés par le mobile.

Même si en partie acceptable et compréhensible, l’argumentation plutôt faible de M. Jackson dans son article me fait penser qu’il s’agissait plus d’une tentative de buzz que d’une véritable prémonition pour l’avenir du web.

et vous, pensez-vous aussi que le web va « mourir » ?

 

2 Réponses to “Google et Facebook peuvent-ils disparaitre d’ici 5 ans ?”

  1. ayyahh novembre 3, 2012 à 6:03 #

    j’y connais pas grand chose en technologies mobile et web, mais y a pas que les jeux, les réseaux sociaux, l’audio et la vidéo sur Internet… peut être bien que certains services vont disparaitre mais je vois vraiment mal le web sans Google

  2. Thomas avril 13, 2013 à 2:25 #

    Bonjour, je ne suis pas d’accord avec cet analyste, car les reseaux sociaux comme Facebook sont en plein boom et d’ici 5 ans je parie que ça va encire évoluer encore plus vite si un utilisateur allume son
    galaxy s4 , son IPhone ou meme sa tablette c’est surtout pour consulter ses mails et discuter avec ses amis en temps réel sur facebook ou Twitter et puis avec tout ce jeune publique (les ados) en particulier moi je dis que les reseaux sociaux ont de beaux jours devant eux🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :