Image

Piratage Informatique: La Côte d’Ivoire parmi les mauvais élèves – Microsoft Play It Safe

11 Mar

panel Play It Safe Campaign

 

Le taux de piratage informatique de la Côte d’Ivoire est désormais de 82%. Le constat a été fait le mercredi 6 mars 2013 à l’occasion du panel organisé à l’hôtel Pullman lors de la journée « Microsoft Play It Safe Campaign ».

Pour cette année 2013, Microsoft a invité, autour de la même table, plusieurs acteurs venus du gouvernement ivoirien (ministères de l’éducation, de l’enseignement supérieur, des PTIC), des institutions de lutte contre la fraude (Burida, OAPI, etc.), du patronat, des médias et du monde des NTIC (le Groupement des Opérateurs du Secteur des Technologies de l’Information et de la Communication de Côte d’Ivoire, etc.). Tous les participants étaient unanimes sur les effets néfastes du piratage ou de la contrefaçon qui fait tant de mal à l’économie ivoirienne en termes de pertes de recettes fiscales, de création d’emplois, de développement technologique ou social et en termes de respect de la propriété intellectuelle tout court.

Le Play it Safe Campaign est l’initiative mondiale de Microsoft pour mettre l’accent sur l’importance d’utiliser des logiciels légaux et vise à démontrer leurs bienfaits pour les utilisateurs, aussi bien pour les entreprises que pour les consommateurs. « Play it Safe Campaign », est aussi l’occasion pour Microsoft de publier les résultats d’une étude d’IDC sur les risques et les pertes financières que les consommateurs et les entreprises encourent lorsqu’ils acquièrent et installent des logiciels contrefaits.

 Les échanges étaient axés autour des 3 points suivants :

1. Cause, manifestations et caractéristiques du piratage
2. Mesures institutionnelles et réactions du monde professionnel face de piratage
3. La place du consommateur dans la lutte anti piratage

Sur le point des causes et manifestations du piratage, les contributions ont permis de mettre en lumière plusieurs et divers motifs du piratage. Mais, ce que coûte réellement le piratage aux utilisateurs, ce sont les ressources qu’ils mettent dans la réparation des dommages causés. En effet, la nouvelle étude commandée par Microsoft Corporation et menée par lInternational Data Corporation (IDC) a démontré que le piratage de logiciels coûte des milliards en temps et en argent aux entreprises et aux consommateurs.  Certains utilisateurs en effet cherchent délibérément à se procurer des logiciels piratés afin de réaliser des économies, ignorant que le risque d’infection de leurs ordinateurs par des logiciels malveillants est élevé : 1 logiciel sur 3 en ce qui concerne les consommateurs et 3 logiciels sur 10 pour ce qui est des entreprises sont impactées selon l’étude.  Du fait de ces infections, les consommateurs perdent 1,5 milliards d’heures et 22 milliards de dollars à identifier et à réparer les dommages causés, tandis que les entreprises dépensent globalement 114 milliards de dollars pour combattre les cyber-attaques.

Dans le cadre de cette étude, IDC a analysé quelques 270 sites internet et réseaux « Peer-to-Peer », 108 téléchargements de logiciels et 155 CD/DVD à travers le monde, a interrogé 2077 consommateurs et 258 directeurs informatiques et chefs des services informatiques au Brésil, en Chine, en Allemagne, en Inde, au Mexique, en Pologne, en Russie, en Thaïlande, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. IDC a ainsi constaté que, parmi les logiciels contrefaits n’étant pas installés à l’origine sur l’ordinateur, 45% proviennent d’internet (sites internet, réseaux “Peer-to-Peer”), 80% ont des logiciels espion et 36% contiennent des Chevaux de Troie (virus) et des logiciels publicitaires.

Microsoft play it safe campaign

En ce qui concerne les réactions du monde professionnel et le cadre juridique, les discussions ont mis en avant le fait qu’en raison du manque de dispositifs pour freiner le piratage, le dommage est estimé en Afrique de l’Ouest et du Centre à près de 14 milliards de FCFA. Malheureusement, la Côte d’Ivoire figure sur cette liste de mauvais élèves avec « un taux record de 82% évalué à environ 8 milliards de francs CFA. Un manque à gagner énorme qui aurait pu renflouer les caisses de nos jeunes Etats », a déploré, M. Simon Ouattara Directeur Général de Microsoft Afrique de l’Ouest et du Centre.

Réagissant sur cet aspect, M. Serge Akpatou, Juriste d’affaires, Spécialiste du droit de la Propriété Intellectuelle et du droit des TIC et Conseil en Propriété Industrielle agréé par l’OAPI, a précisé qu’en effet «les textes en la matière sont limités. Et même s’ils existent, ils ne couvrent pas toutes les formes de piraterie qui existent. C’est ce vide juridique qui est exploité par les cybers-délinquants sans qu’ils ne soient inquiétés par aucune menace.»

Quant au Dr Assoko Héracles, directeur juridique au ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et la Communication, «il y a certes des lois, mais il faut aussi une volonté politique dans leur application. C’est à ce niveau que les choses devraient bouger (…)»

Les contributions sur le troisième axe ont évoqués la nécessité d’informer et de former le consommateur d’abord sur l’importance du respect de la propriété intellectuelle pour changer la mentalité et la culture. Tous les panélistes étaient unanimes sur le fait que les enjeux financier, économique et social du piratage sont suffisamment importants pour que tous les acteurs engagés dans la chaîne soient mobilisés. C’est dans cette optique que les participants ont fait quelques recommandations,  entres autres :

 

  • L’amélioration et la diversification des canaux et des moyens de communication de Microsoft en direction des utilisateurs.

  • Renforcement du cadre juridique pour réprimer les contrevenants.

  • Elaboration des stratégies inclusives en tenant compte de la culture de l’environnement dans lequel évoluent les consommateurs.

  • Rapprochement des produits légaux par des points de ventes agrées et proches de la population.

Pour  Gertrude Kouassi, secrétaire exécutif du GOTIC, le rôle des parents dans l’éducation des jeunes qui sont les consommateurs de demain est capital. «Nous les parents, » dit-elle, « attendons que Microsoft s’ouvre à nous, afin que nous puissions en faire l’écho auprès de nos enfants. Combien de parents d’élèves connaissent le coût d’un logiciel Office Etudiant ? Ce genre de rencontre doit être faite régulièrement avec les parents que nous sommes afin de ne plus nous faire arnaquer par les revendeurs douteux qui d’ailleurs nous font en réalité dépenser plus qu’il ne faut.»

En conclusion, le débat a été enrichissant. Microsoft a, quant à lui affirmé, qu’il dispose techniquement de solutions anti-piratage, mais elles ne peuvent être efficaces qu’avec la collaboration du consommateur. Ils ont d’ailleurs annoncé la mise en ligne d’un site ou les utilisateurs peuvent trouver les informations pour reconnaitre un logiciel original :

http://www.microsoft.com/fr-fr/howtotell/default.aspx

Il y a d’autres résultats marquants révélés par l’étude commandée et menée par l’International Data Corporation (IDC), entre autres :

 

  • 64% des interrogés ayant utilisé des logiciels contrefaits ont déjà fait face à des problèmes de sécurité ;

  • Dans 45% des cas, les logiciels contrefaits ont ralenti les PCs et ont dû être désinstallés  

  • 48% des interrogés ont indiqué que leur plus grande préoccupation liée à l’utilisation de faux logiciels était la perte de données ;

  • 29% d’entre eux étaient principalement préoccupés par le vol d’identité.

Campagne Microsoft play It safe

Attacher des logiciels malveillants à des logiciels contrefaits est la nouvelle méthode des cyber-délinquants pour s’attaquer aux consommateurs et entreprises ignorant les dangers potentiels.

Le livre blanc d’IDC a également étudié le niveau surprenant d’installations de logiciels personnels au sein des entreprises, mettant en lumière une autre voie d’introduction de logiciels non sécurisés dans l’environnement du travail. Alors que 38% des directeurs informatiques reconnaissent que ces pratiques existent, 57% des employés admettent qu’ils installent des logiciels personnels sur les ordinateurs appartenant à leurs employeurs. Les personnes interrogées ont indiqué à IDC que seuls 30% des logiciels installés sur leurs ordinateurs de travail ne causaient aucun problème. 65% des directeurs informatiques ont admis que les logiciels personnels installés en entreprise augmentent les risques d’insécurité. Pour beaucoup, dans l’entreprise, les logiciels personnels installés par les employés peuvent constituer une menace cachée pour la sécurité des réseaux et systèmes informatiques.

En tout état de cause, les consommateurs sont invités à consulter le site www.microsoft.com/security afin de vérifier que leurs logiciels sont bien authentiques et que leur ordinateur n’est pas infecté ; si l’ordinateur contient un logiciel malveillant, des outils existent pour éliminer l’infection. Les consommateurs qui achètent un ordinateur neuf sont invités à procéder à ces vérifications auprès d’une source fiable, afin de s’assurer qu’ils acquièrent des logiciels Microsoft authentiques.

Plus d’informations sur l’étude IDC disponibles sur le site dédié au « Play It Safe » de Microsoft, http://www.play-it-safe.net , et sur le centre de presse, http://www.microsoft.com/news/ipcrimes

FIN

Fondée en 1975, Microsoft (cotée au NASDAQ sous le symbole MSFT) est le leader mondial des logiciels, services et solutions permettant au grand public et aux professionnels d’exprimer tout leur potentiel. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :